L’OMS, le Togo et la Fondation Brazzaville invitent les pays africains à se joindre à la lutte contre les faux médicaments

23 août, à Lomé (Togo) - Le trafic et la consommation de médicaments falsifiés et de qualité inférieure (MFQI) est un fléau qui n’épargne pas l’Afrique. Lors de la 72e session du Comité régional de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique, la Fondation Brazzaville a coorganisé un événement parallèle avec le Ministère de la Santé de la République du Togo et le Bureau régional de l’Afrique de l’OMS.

 

Visionnez ci-dessous la rediffusion de l'événement :

 

 

Intitulée « Lutter contre les médicaments qui tuent en Afrique : une approche collaborative et intégrée », la rencontre avait trait à la coordination de la lutte contre les MFQI en Afrique et rassemblait les panélistes suivants : Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS et le Dr Joseph Kaboré, Directeur de la gestion des programmes de l’OMS pour l’Afrique, le Pr Moustafa Mijiyawa, ministre de la Santé de la République togolaise, et son homologue rwandais, le Dr Daniel Ngamije, Mme Minata Samaté Cessouma, Commissaire à la santé, aux affaires humanitaires et au développement sociale à l’Union africaine, Dr Mamessilé Aklah Agba-Assih, Ministre déléguée de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins du Togo ainsi que M. Richard Amalvy, Directeur général de la Fondation Brazzaville.

 

20220823 RC72 SideEvent

Photo de famille des participants (de gauche à droite) : Dr Mamessilé Aklah Agba-Assih, Ministre déléguée de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins du Togo ; Dr Joseph Kaboré, Directeur de la gestion des programmes de l’OMS pour l’Afrique ; Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS ; Mme Minata Samaté Cessouma, Commissaire à la santé, aux affaires humanitaires et au développement sociale à l’Union africaine ; Dr Daniel Ngamije, Ministre de la Santé du Rwanda ; M. Richard Amalvy, Directeur général de la Fondation Brazzaville.

Une dynamique de mutualisation et de coopération

Cet échange s’inscrivait dans une dynamique nouvelle en Afrique au sujet de l’accès aux médicaments de qualité et abordable. D’abord par l’opérationnalisation de l’Agence africaine du médicament (AAM) qui siégera au Rwanda.. Ensuite par le lancement d’un projet pilote au Togo en fin d’année, portant sur la mise en place d’un plan national de lutte contre les MFQI. Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’Initiative de Lomé (IDL), lancé lors d’un sommet organisé par la Fondation Brazzaville en 2020 au Togo, débouchant sur la Déclaration de Lomé signée par six États africains[1].

Le Pr Moustafa Mijiyawa, Ministre de la Santé de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins de la République togolaise, également coordinateur politique de l’IDL, a rappelé le caractère systémique du trafic des MFQI : « Tout le monde est d’accord pour dire qu’une action nationale est inefficace. Tout le monde est d’accord pour dire qu’un seul secteur au sein d’un pays ne peut pas s’en occuper. » Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, également présent lors du sommet de Lomé en janvier 2020, a nommé les trois facteurs qui favorisent la prolifération des MFQI en Afrique : « Le manque d’accès à des médicaments de qualité et abordable, […] l’absence de bonne gouvernance, […] et le manque de capacité technique. » Il a également insisté sur l’engagement politique, comme moteur de la résolution du problème des MFQI. « S'il y a un véritable engagement, il y aura partage d'informations, investissement financier, mobilisation d'un soutien international et, surtout, renforcement des capacités. »

La chaîne d’approvisionnement pharmaceutique

Les agents corrupteurs se multiplient tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Pour sécuriser l’ensemble du circuit de distribution du médicament au Togo, la Centrale d’Achat de Médicaments Essentiels Génériques du Togo (CAMEG-TOGO) agit sur la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique. Le Dr Mamessilé Agba-Assih, Directrice de la CAMEG-TOGO et Ministre déléguée auprès du ministre de la Santé de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins, du Togo, chargée de l’Accès Universel aux Soins reconnaît la difficulté d’identifier des fournisseurs fiables. Elle préconise la mise en place de l’IDL : « Nous devons arriver à travers ces initiatives régionales à mettre en place des systèmes d’approvisionnement que nous maitrisons de bout en bout. » Les moyens concernent notamment la centralisation des achats au niveau régional pour bénéficier d'un effet volume.

Par ailleurs, 70% des médicaments consommés en Afrique sont importés. Pour réduire cette dépendance et construire un système de santé résilient, il est question de coordonner la production de médicaments au niveau local et d’employer les 400 usines pharmaceutiques existantes implantées en Afrique. 

Les leviers d’action pour organiser la lutte

Les deux leviers identifiés sont une action interministérielle soutenue par une législation adaptée et la nécessité d’une action coordonnée des pouvoirs publics, du secteur privé et de la société civile.  Pour le Dr Mamessilé Agba-Assih, cela suppose une meilleure communication : « Il y a un dialogue à mettre en place entre certaines administrations, notamment la douane et la police […] et un dialogue interpays, via le partage d’information. » Elle a également fait référence au courage nécessaire, en plus de la volonté politique d’ores et déjà exprimée par les promoteurs de l’IDL.

Le renforcement et l’harmonisation du cadre normatif

Richard Amalvy, Directeur général de la Fondation Brazzaville et modérateur de l’événement, a présenté la loi type de l’Union africaine sur la réglementation sur la réglementation des produits médicaux. Une des recommandations de cette loi est la création d’une autorité nationale de réglementation des médicaments. Au niveau continental, c’est le rôle attendu de l’AAM. Aujourd’hui, 23 pays ont signé le traité portant création de l’AAM.. Selon Mme Minata Samaté Cessouma, Commissaire à la santé, aux affaires humanitaires et au développement sociale à l’Union africaine, l’harmonisation des législations des états membres sur la base de la loi type de l’UA, est la condition sine qua non à la réussite de l’AAM.

 

[1] Ghana, Niger, Ouganda, République du Congo, Sénégal, Togo

Ce que l’Afrique peut retenir de la COP27

La COP27, annoncée comme une rencontre dédiée à la mise en œuvre, a failli ne pas répondre à sa promesse. Grâce à la ténacité des négociateurs africains, c’est au terme d’un bras de fer diplomatique tenté par les pays les plus vulnérables que la conférence s’est conclue sur un accord sur de nouveaux...

Solutions africaines pour le climat. Appel à la jeunesse

Charm el-Cheikh, 17 novembre 2022 – La Fondation Brazzaville a conclu sa mission à la COP27 en invitant des représentants d’organisations de jeunesse africaines à débattre sur le thème « Solutions africaines pour le climat ». À cette occasion, elle était accueillie sur le pavillon de l’Organisation ...

G20 : La RDC, le Brésil et l’Indonésie signent un accord p…

En marge du sommet du G20 à Bali, la République démocratique du Congo, le Brésil et l’Indonésie ont signé un accord le 14 novembre pour la valorisation de leurs ressources forestières. Représentant à eux seuls 52% de la forêt tropicale humide mondiale, les trois pays appellent les pays développés à ...

RDC : Le ministre de la Santé exhorte le nouveau comité de…

Le 12 novembre, à Kinshasa - Le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention de la République démocratique du Congo, Dr Jean-Jacques Mbungani, a présidé la cérémonie de prise de fonctions du nouveau comité de l'Autorité congolaise de la réglementation pharmaceutique (ACOREP) et exhorté ses m...

COP27 et Afrique : La finance climat pour l’opérationnalis…

Le 9 novembre 2022 à la COP27 à Charm el-Cheikh, une réunion à haut niveau a eu lieu sur le pavillon du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo (F2BC), sous la présidence de S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa du Maroc, Ambassadrice de bonne volonté du fonds, avec les ministres de l'Environnement représenta...

La Fondation Brazzaville à la COP27 : Écouter la voix de l…

Du 6 au 18 novembre 2022 à Charm el-Cheikh en Égypte, la 27e Conférence des parties (COP27) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) réunit les acteurs et les experts des secteurs public et privé, et de la société civile, pour discuter de la lutte contre le c...

Paix et sécurité en Afrique : Retour sur la 8e édition du …

La 8e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique s’est tenue les 24 et 25 octobre à Diamniadio au Sénégal, avec pour thème « L’Afrique à l’épreuve des chocs exogènes : défis de stabilité et de souveraineté ». Cet événement a permis de saisir les enjeux qui menacent...

Gambie : La lutte contre les médicaments qui tuent s’accél…

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la consommation de médicaments falsifiés et de qualité inférieure (MFQI) aurait causé la mort d’au moins 66 jeunes enfants en Gambie. La Fondation Brazzaville, maître d’œuvre de l’Initiative de Lomé contre les médicaments qui tuent et membre de l’Alli...

Lancement de l'initiative « Changement climatique : L'Afri…

À moins d’un mois de la COP27 qui se déroule à Charm el-Cheikh du 6 au 18 novembre 2022, la Vice-Primature et ministère de l’Environnement et du Développement Durable de la RDC et la Fondation Brazzaville ont lancé, durant la PréCOP27 à Kinshasa, une consultation intitulée « Changement climatique : ...

Plaidoyer pour la préservation du bassin du Congo à la 77…

Lors de la 77e Assemblée générale de l’ONU, le ministre des Affaires étrangères de la République du Congo, M. Jean-Claude Gakosso, a rappelé les priorités mondiales pour lutter contre les changements climatiques, dont l'importance de préserver le bassin du Congo.

Décès de SM la Reine Élisabeth II : La Fondation Brazzavil…

9 septembre, à Londres (Royaume-Uni) - Au lendemain du décès de SM la Reine Élisabeth II, la Fondation Brazzaville adresse ses condoléances à SAR le Prince Michael de Kent, Patron Royal.

Les ministres de la Santé de l’Initiative de Lomé s’accord…

Réunis le jeudi 25 août pour un dîner de travail, à l’invitation du ministre de la Santé du Togo, le Pr Moustafa Mijiyawa, et du Directeur général de la Fondation Brazzaville, Richard Amalvy, les ministres de la Santé des pays signataires et des pays candidats de l’Initiative de Lomé ont pu échanger...