2020- 2023 - L’initiative de Lomé

Les objectifs de l’initiative de Lomé

2020- 2023 - L’initiative de Lomé
  • Mettre en place les législations nécessaires pour criminaliser le trafic de médicaments falsifiés et de qualité inférieure et pour imposer de lourdes sanctions pénales.
  • Signer et ratifier les accords internationaux, notamment la convention Medicrime et la convention de Palerme contre la criminalité transnationale organisée.
  • Mettre en place des mécanismes inter-ministériels afin d'assurer l’application rigoureuse de la nouvelle législation pénale au niveau national et améliorer la coopération entre les Etats.

Le sommet de Lomé

  • Le 18 janvier 2020, les gouvernements du Congo, de la Gambie, du Ghana, du Niger, de l’Ouganda, du Sénégal et du Togo ont signé une déclaration politique, connue sous le nom d’initiative de Lomé, dans laquelle ils s’engagent à agir contre le trafic de médicaments falsifiés et de qualité inférieure.
  • Ces Etats ont demandé à la Fondation de soutenir cette initiative et d’en assurer le suivi.

Lire la déclaration politique

En savoir plus sur le sommet de Lomé

Les résultats attendus de l’Initiative de Lomé

  • Entreprendre un audit des législations existantes afin d’identifier les lacunes et de formuler des recommandations sur de nouvelles lois/dispositions supplémentaires, plutôt que de les imposer.
  • Eviter les doublons en soutenant les accords internationaux existants, ainsi que la ratification de l’Agence africaine du médicament.
  • Encourager les autres Etats africains à rejoindre cette initiative.
  • La mise en oeuvre des actions sera régie par un accord-cadre conclu entre les différents Etats participants et les recommandations se feront sur la base de l’audit législatif réalisé.
  • Il s’agit de la première phase d’un engagement à long terme visant à réduire la prolifération des médicaments de mauvaise qualité, un engagement qui s’inscrit dans le prolongement historique de la déclaration d’Oyo en 2017, puis de la conférence de Londres en 2018 et enfin de la réunion préparatoire qui s’est tenue à Marrakech en 2019.
  • En 2021 la Fondation Brazzaville lancera une consultation de la jeunesse en Afrique qui sera à la fois une campagne de sensibilisation sur les questions liées aux médicaments, et un appel à agir pour trouver des solutions contre le marché des médicaments falsifiés et de qualité inférieure. Cette consultation sera suivie d'un forum de permettant de présenter et de récompenser les projets les plus prometteurs
Ressource documentaire
Les chefs d’état et leurs hauts représentants avec M. Omar Hilale, vice-président du conseil exécutif de l'Unicef, le Dr. TedrosAdhanomGhebreyesus Directeur général de l'OMS, SAR le Prince Michael de Kent, Patron royal de la Fondation et M. Jean-Yves Ollivier, Président Fondateur.