Lomé Initiative

Working for Peace, Prosperity and Conservation in Africa and beyond
There is no translation available in your language.
Here is its original version.
Ce contenu n'est pas disponible dans votre langue.
Celui-ci vous est donc présenté dans sa version originale.
هذا المحتوى غير متوفر بلغتك.
هنا هو النسخة الأصلية.

Initiative de Lomé

DOCUMENTS RELATIFS

Déclaration politique - Sommet de Lomé : Voir le document

Communiqué de presse final - Sommet de Lomé : Voir le document

Vidéo Post-Lomé : Lien

Teaser - Sommet de Lomé : Voir la vidéo

Interview de Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l'OMS : Lien

Interview de SE Faure Gnassingbé, Président du Togo : Lien

 

ARTICLES DE PRESSE

LA FONDATION BRAZZAVILLE
ET L'INITIATIVE DE LOMÉ

Depuis 2017, la Fondation Brazzaville s'implique dans la lutte contre le trafic de médicaments de qualité inférieure et falsifiés.

Il s'agit d'un problème mondial, mais il est particulièrement aigu en Afrique où, dans certains pays, jusqu'à 60 % des médicaments en circulation sont considérés comme des médicaments de qualité inférieure ou falsifiés. On estime qu'ils coûtent la vie, chaque année, à des centaines de milliers d’africains, dont 120 000 enfants de moins de cinq ans qui meurent à cause d’antipaludiques de mauvaise qualité.

Outre le coût humain, l'implication de la criminalité transnationale organisée dans ce trafic lucratif, et le fait que celle-ci finance le terrorisme, crée une grave menace pour la sécurité publique dans certaines parties de l’Afrique. Les médicaments de qualité inférieure et falsifiés sont introduits clandestinement sur le marché en utilisant les mêmes voies et techniques que la drogue, les armes et le trafic d'êtres humains.

L'une des principales raisons de la prolifération de ce trafic en Afrique est l’absence, dans de nombreux pays, d'une législation pénale appropriée et d'une application efficace de celle-ci. En réponse à cette situation, la Fondation Brazzaville a développé une initiative africaine tournée vers l’action.

L'Initiative de Lomé a déjà été reprise par un certain nombre de chefs d'État africains qui se sont personnellement engagés à faire face à ce fléau. Ils ont convenu de présenter une nouvelle législation visant spécifiquement à criminaliser le trafic de médicaments falsifiés, d'imposer des sanctions sévères et d'assurer une application efficace de celles- ci, qui sera la première étape essentielle d'un programme plus large visant à assurer l’accès à tous les citoyens à des médicaments sûrs et efficaces.

Cette initiative a été lancée lors d'un sommet spécial, qui s'est tenu à l’invitation du Président togolais Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé, les 17 et 18 janvier 2020 à Lomé. Les Chefs d’Etat des Républiques de l'Ouganda, du Sénégal et du Togo ainsi que les Chefs d'Etat du Congo et du Niger, représentés par leurs Ministres de la Santé, ont signé une déclaration politique, définissant leurs obligations dans le cadre de cette initiative ainsi que la poursuite du rôle de soutien de la Fondation. Le Ghana était également représenté durant le sommet. Nous espérons que d'autres pays africains se joindront à cette initiative.

S'APPUYANT
SUR LES EFFORTS EXISTANTS
DE LA COMMUNAUTÉ
INTERNATIONALE…

En élaborant cette initiative, la Fondation reconnaît le travail déjà entrepris par la communauté internationale pour s'attaquer au problème des médicaments de qualité inférieure et falsifiés et l'importance d'éviter les dédoublements. L'initiative prévoit donc la signature et la ratification de la Convention Médicrime du Conseil de l'Europe et s'appuiera sur la législation type élaborée par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime.