Nos actualités

 

Le 25 novembre dernier, la Fondation Brazzaville a organisé son premier diner de charité à Hong Kong réunissant 180 personnes.

 

Nous tenions à remercier tout particulièrement notre Patron S.A.R le Prince Michael de Kent, M. Xavier Guerrand-Hermès, membre du Conseil consultatif et M. Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation, pour leurs généreuses donations qui ont permis de garantir une si grande réussite à la première vente aux enchères organisée au profit de la Fondation. 

 

 

HK Dinner - table  

Fonds bleu pour le bassin du Congo : la réunion de haut niveau sur l'eau et la sécurité exhorte la communauté international a soutenir l’initiative lors d’un débat au Conseil de sécurité des Nations Unies

 


Le 22 novembre dernier, à New York, le Conseil de sécurité des Nations Unies a organisé un débat extraordinaire autour  des thèmes de l’eau, la paix et la sécurité. Cet événement a été l’occasion pour le Président du Panel et ancien Président de la Slovénie,  M. Danilo Türk, de faire mention de la proposition d'un Fonds bleu pour le bassin du Congo dans son discours officiel et d’appeler la communauté internationale à soutenir politiquement l’initiative. Sundeep Waslekar, membre du Conseil consultatif et Président du Strategic Foresight Group, faisait également parti des principaux intervenants

 

Le Président de la République du Congo, en collaboration avec la Fondation Brazzaville, a lancé officiellement la création du Fonds bleu lors de son discours présidentielle à la COP22 le 16 novembre dernier à Marrakech.

 

 

 

La Fondation Brazzaville a le plaisir d’annoncer que cette Initiative représente désormais l’un des points phares des conclusions du Sommet Africain de l’Action, qui s’est tenu en marge de la COP22.

Pour plus d’information, merci de vous reporter au communiqué de presse :
Communiqué de presse Fondation Brazzaville COP22 Lancement du fonds bleu pour le bassin du Congo

Le 13 septembre, la Fondation Brazzaville a tenu une première rencontre d’experts à Brazzaville en République du Congo. L’objectif de ce premier atelier était d’échanger avec des spécialistes des questions environnementales et des représentants d’organisations régionales sur une meilleure gestion du bassin du Congo et de ses affluents. Les experts et la Fondation se sont mis d'accord, à l'issue de cette réunion, sur une proposition commune pour redessiner les bases de l'économie de la sous-région à travers une exploitation innovante des ressources renouvelables des eaux du bassin.

L'un des membres du Conseil consultatif, Sandeep Waslekar, avec la Directrice exécutive de son think tank, Mme Ilmas Futehally, ont accompagné les membres de la Fondation dans leurs visites ministérielles. Les projets proposés par le Strategic Foresight Group et la Fondation ont reçu des retours très encourageants de la part du Ministre des Affaires Etrangères et du Ministre d'Etat de l'Agriculture.

A la suite de leur entretien avec le Président de la République du Congo, la Fondation s'est engagée à rassembler tous ses efforts pour renforcer le développement économique et durable de la région.

Première rencontre des experts Première rencontre des experts Première rencontre des experts

 

La Fondation Brazzaville est très honorée d’accueillir le Président Olusegun Obasanjo au sein de son conseil consultatif.
« Nous sommes très heureux d’avoir à nos côtés le Président Olusegun Obasanjo, éminent homme d’Etat nigérian et fervent défenseur des droits de l’Homme » a déclaré Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation Brazzaville.
Chef des armées dans les années 70, le Président Olusegun Obasanjo est à l’origine de la transition démocratique du Nigéria et organise notamment en 1979 les premières élections présidentielles.
En 1999 et en 2003, il devient à son tour Président de la République fédérale du Nigéria. Fervent défenseur des droits de l’Homme, il intervient sur de nombreuses crises humanitaires, notamment en 2008 en tant qu’envoyé spécial de l’ONU au Congo. Le Président Olusegun Obasanjo est aussi membre de l’Africa Progress Panel, organisation présidée par Kofi Annan.
Crédit photo : Flickr / Africa Progress Panel

 

Jean-Yves Ollivier, président de la Fondation Brazzaville, intervenait jeudi 3 mars 2016, à l’initiative de l’ANAJ-IHEDN, sur le thème :
« La diplomatie parallèle au service de la paix dans le monde » 

Retrouvez ci-dessous son intervention précédée de quelques séquences du film Plot for Peace.

Du 25 au 27 avril 2016 s’est déroulée à Baku (Azerbaïdjan), la 7ème édition du Global Forum of the United Nations Alliance of Civilizations dont le thème central était « Living Together In Inclusive Societies : A Challenge and A Goal ».

A cette occasion, la Fondation Brazzaville a été doublement représentée. Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation Brazzaville et Sundeep Waslekar, Président du Strategic Foresight group et membre du conseil consultatif de la Fondation Brazzaville ont participé en tant qu’experts, à l’atelier « Constructing Peace, Deconstructing Terror » co-organisé par le Strategic Foresight group.

Le Strategic Foresight group est un think-tank indien qui conseille gouvernements et institutions sur les enjeux d’un monde globalisé (résolution de conflits, terrorisme, guerre de l’eau, prévisions économiques).

Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation Brazzaville et Sundeep Waslekar Président du Strategic Foresight group et membre du conseil consultatif de la Fondation Brazzaville ont ainsi abordé les questions suivantes :

  • Peut-on instaurer un véritable processus de dialogue entre les Etats-clés au Moyen-Orient et dans les autres parties du monde pour lutter contre l’extrémisme violent ?
  • Un nouveau contrat social « global » pour les régions détruites par des conflits internes ou régionaux peut-il aider à réduire l’attrait vers les mouvances extrémistes ?
  • Que doit-on faire pour restaurer le sens de la dignité auprès des populations se sentant marginalisées ?
  • Comment peut-on passer des thématiques confessionnelles ou communautaristes aux thématiques économiques et stratégiques face à un extrémiste violent ?

La discussion du panel réuni a abouti aux conclusions suivantes :

  • Le système international centré sur les Nations-Unis n’est pas totalement adapté à la mise en place de règles de droit dans la résolution des conflits. Il est nécessaire de revoir les structures institutionnelles des Nations-Unies, y compris le Conseil de sécurité. Il est aussi nécessaire pour tous les pays d’investir des ressources financières et humaines pour contribuer à l’action des Nations-Unies.
  • Il est primordial d’établir un dialogue à différents niveaux, d’une part entre gouvernements et d’autre part entre acteurs non-étatiques. Cependant, pour que le dialogue soit constructif, il est essentiel de comprendre la position des différentes parties. Il est aussi important d’écouter le discours des parties adverses et de s’attaquer aux vecteurs « psychologiques » générant la violence.
  • Le droit international et le dialogue peuvent ne pas fonctionner avec des organisations comme Daesh ou Boko Haram, lesquelles ne croient précisément pas en l’idée d’Etat et qui se présentent sous différentes formes dans plusieurs parties du monde. Pour négocier avec de telles organisations, il est essentiel de chercher à comprendre en amont et en profondeur leurs ressors. Une telle approche semble faire souvent défaut aujourd’hui.

 

Intervenants du panel :

  • Danilo Türk, ancien Président de Slovénie
  • Egemen Bagis, parlementaire et ancien ministre des Affaires européennes de Turquie
  • Lord Alderdice, ancien « Speaker » du Parlement d’Irlande du Nord
  • Dr Nasharudin Mat Isa, Directeur général du Global Movement of Moderates Foundation et ancien membre du Parlement de Malaisie
  • Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation Brazzaville
  • Samir Barhoum, Rédacteur en chef, The Jordan Times

 

Modérateur : Sundeep Waslekar, Président, Strategic Foresight Group, India

Pour voir l’intégralité des échanges, cliquez-ici.

La Fondation Brazzaville est très honorée d’accueillir Jean-Paul Delevoye, Xavier Guerrand-Hermès et Pär Stenbäck au sein de son conseil consultatif.

 

« Nous sommes très heureux d’avoir à nos côtés ces trois nouveaux membres. Leur connaissance accrue des enjeux diplomatiques et des négociations internationales est un véritable atout pour la Fondation Brazzaville » a déclaré Jean-Yves Ollivier, son Président.

Jean-Paul Delevoye est un expert des enjeux économiques et territoriaux. Il a été ministre, médiateur de la République et président du Conseil économique, social et environnemental.
Xavier Guerrand-Hermès est très investi dans le dialogue interreligieux. Il est fondateur et président de la Guerrand-Hermès Foundation for Peace.
Pär Stenbäck conjugue une profonde connaissance des enjeux politiques européens à une expérience de terrain acquise au travers de ses multiples engagements humanitaires.

Ils rejoignent au sein du conseil consultatif de la Fondation Brazzaville d’autres experts internationaux de la diplomatie, de la protection environnementale et de la résolution des conflits.

 

La Fondation Brazzaville est heureuse d’annoncer la signature d’un partenariat avec The King Baudouin Foundation United States.

 

A propos de The King Baudouin Foundation United States
The King Baudouin Foundation United States permet aux donateurs basés aux Etats-Unis de soutenir les causes d’associations ou fondations basées à l’étranger. Cette fondation offre aux ONG européennes et africaines la possibilité de lever des fonds aux États-Unis dans une logique philantropique. La Fondation Roi Baudouin, dont dépend cette fondation américaine, est présente à Bruxelles. Indépendante et pluraliste, elle veut contribuer de manière durable et innovante à plus de justice sociale, de démocratie et de respect de la diversité.

 

Kabiné Komara, ancien Premier ministre guinéen et membre du Conseil consultatif de la Fondation Brazzaville, a été nommé par la CEDEAO pour conduire la mission d’observation des élections présidentielles qui se dérouleront au Bénin le 6 mars. Chose rare et rendant hommage à l’intégrité et le caractère impartial du travail qu’il mène, c’est la troisième fois qu’il est désigné pour ce rôle d’observation en Afrique. Interrogé par La Voix de Guinée sur les raisons pouvant expliquer cette confiance que la CEDEAO lui prête, il a répondu : « Je crois que ces choix consécutifs sont le résultat de la crédibilité dont jouit notre pays la Guinée depuis la fin de transition militaire et l’avènement d’un régime démocratique incarné par le Président Alpha Conde ».
Kabiné Komara faisait également partie des principaux intervenants de la conférence qui s’est tenue à Bamako du 18 au 20 février 2016 dont le thème était « L’Afrique, entre chaos et émergence ». Il a tenu a alerter l’ensemble des auditeurs sur les risques de raréfaction des ressources en eau sur le continent africain si des politiques adéquates n’étaient pas menées rapidement, compte-tenu notamment de l’accroissement démographique constant.

 

CEDEAO Kabine Komara Photo: OMVS

 

A l’initiative de Sundeep Waslekar et Ilmas Futehally, respectivement président et directrice générale du Strategic Foresight Group, Jean-Yves Ollivier a participé à une session de travail avec des leaders d’opinion de Bombay, dont Niranjan Rajadhyaksha (rédacteur en chef du Mint), Indrajit Gupta (PDG de Founding Fuel et fondateur de Forbes India), Shaji Vikraman (Indian Express), Anant Gadgil (membre du Conseil Législatif), D Shivanandan (ancien directeur général de la police de Maharashtra) et Milind Bharambe (Commissaire de police de Bombay). Les discussions se sont concentrées sur les engagements chinois et indiens en Afrique, l’expérience de Jean-Yves Ollivier en Afrique-du-Sud et les enjeux actuels de politique internationale.
Ces conversations et les échanges avec les analystes du Strategic Foresight Group furent l’occasion pour Jean-Yves Ollivier de défendre la doctrine selon laquelle des actions individuelles bien menées peuvent avoir un impact significatif sur certaines orientations nationales ou internationales.
Retrouvez un article complet à ce sujet sur le site du Strategic Foresight Group.
Le Strategic Foresight Group est un think-tank indien qui conseille gouvernements et institutions sur les enjeux soulevés par la globalisation (résolution de conflits, terrorisme, guerre de l’eau, prévisions économiques). Sundeep Waslekar est président du Strategic Foresight Group et membre du Conseil consultatif de la Fondation Brazzaville.

 

Session de travail Session de travail Session de travail

 

La Fondation Brazzaville accueille Cécilia Attias au sein de son conseil consultatif. « Cécilia Attias a forgé son expérience de la diplomatie au plus haut niveau et a su venir à bout de situations très délicates avec talent, notamment lors de l’affaire des infirmières bulgares. Ses conseils et ses contacts seront précieux pour favoriser la résolution pacifique des conflits pour lesquels la fondation est sollicitée » a déclaré Jean-Yves Ollivier, le Président de la Fondation Brazzaville.
Née en France, Cécilia Attias fait des études de droit à l’Université de Paris Panthéon-Assas avant de devenir assistante parlementaire. Elle occupe par la suite de nombreuses fonctions au sein de cabinets ministériels, à l’Assemblée Nationale ou encore à la mairie de Neuilly.
En 2007, devenue Première Dame de France, Cécilia Attias parvient à négocier avec le Colonel Mouammar Kadhafi la libération de cinq infirmières bulgares et d’un docteur palestinien condamnés à mort. Elle se rend elle-même sur place, à Tripoli, à deux reprises. Après avoir négocié avec succès l’extradition de ces détenus vers la Bulgarie, elle est promue citoyenne d’honneur de la capitale bulgare Sofia.
Cécilia Attias vit aujourd’hui à New York où elle travaille comme vice-présidente en charge des affaires publiques chez Richard Attias & Associates, société du groupe WPP, le plus grand groupe de communication au monde. A ce poste, elle travaille au positionnement et au rayonnement international de plusieurs gouvernements.
Elle est également présidente et fondatrice de la Fondation Cécilia Attias pour les Femmes, qui, par son action, ambitionne d’engager un changement positif pour les femmes dans le monde.

 

 

La Fondation Brazzaville se félicite de la décision prise par la République du Congo de signer l’Initiative de Protection de l’Éléphant ce 30 décembre 2015. Elle devient ainsi le 11ème pays du continent africain à se joindre à cette initiative.
Cette initiative inter-gouvernementale vise à sauvegarder les éléphants d’Afrique en mettant fin au trafic d’ivoire. Elle est portée par l’ONG indépendante Stop Ivory, avec le soutien de la Fondation Brazzaville.
“Les moyens de subsistance des éléphants comme des populations sont conditionnés de la paix et de la stabilité. Nous nous réjouissons à ce titre de ce partenariat avec la Fondation Brazzaville, qui œuvre sans relâche à la résolution des conflits et à la préservation de la nature, dans le cadre de l’Initiative de Protection de l’Éléphant.” Alexander Rhodes, Directeur général de Stop Ivory
Apprenez en plus sur l’Initiative de Protection de l’Éléphant sur elephantprotectioninitiative.org.

 

Stop Ivory

 

L’occasion du 200ème anniversaire du Congrès de Vienne, une session de conférences et de débats a été organisée du 22 au 25 octobre 2015 dans la capitale autrichienne. Ces échanges ont porté sur les problèmes affectant la stabilité mondiale et sur la recherche de principes pouvant contribuer à un équilibre international.

 

La Fondation Brazzaville était représentée à cet évènement par son Président Jean-Yves Ollivier et Mathews Phosa, membre du conseil consultatif.

La conférence était organisée par la Fondation Chumir pour l’éthique dans le leadership (Chumir Foundation for Ethics in Leadership), en partenariat avec des acteurs et organismes publics importants ainsi que des universités renommées. Elle intervenait dans le cadre d’un projet qui se déroule sur une période de 12 à 16 mois et qui vise à traiter des problèmes actuels affectant la stabilité mondiale.

Au-delà du seul Congrès de Vienne, le projet s’illustre dans l’organisation d’une série de séminaires internationaux et de conférences ; dans la publication de rapports politiques et dans la préparation d’un compte-rendu des discussions qui ont eu lieu à Vienne et dont la présentation aura lieu fin février lors d’une session publique au siège des Nations Unies à New York.

Romano Prodi, ancien Premier ministre italien et ex-président de la Commission européenne, a prononcé le discours introductif.
La conférence a permis de réunir une quarantaine de leaders mondiaux, qu’il s’agisse d’anciens membres de gouvernements ou d’acteurs des institutions internationales, des hommes d’affaires de grande expérience ou encore des représentants de la société civile. Tous étaient présents afin de débattre de défis internationaux.

S’inscrivant au cœur de l’actualité, Jean-Yves Ollivier s’est exprimé sur le thème de la résolution des conflits ; un domaine au cœur de la mission de la Fondation. Son intervention a été vivement saluée par l’auditoire, notamment son analyse de la question de la migration forcée ainsi que l’approche discrète retenue par la Fondation Brazzaville pour instaurer la confiance entre des parties en conflit.

Au cours de ce Congrès de Vienne, les représentants de la Fondation Brazzaville ont pu avoir des échanges fructueux avec de nombreuses personnalités de premier plan présentes dont l’homme d’affaires canadien Joël Bell, le Prince Hassan de Jordanie, le diplomate autrichien Wolfgang Petritsch qui a joué un rôle-clé dans la résolution des conflits dans les Balkans ou encore l’ancien ministre irakien d’origine kurde Bakhtiar Amin.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site officiel de la Fondation Chumir

 

Le président de la Fondation Brazzaville Jean-Yves Ollivier a reçu, le mercredi 17 juin 2015, la Légion d’Honneur des mains du Premier ministre Manuel Valls. Spécialiste du commerce international de matières premières, Jean-Yves Ollivier a joué un rôle clé dans l’échange, le 7 septembre 1987 sur le tarmac de l’aéroport Maputo au Mozambique, de 133 soldats angolais et d’une cinquantaine de combattants pour l’indépendance de la Namibie contre le capitaine sud-africain Wynand Du Toit, capturé deux ans plus tôt en Angola. Par la suite, il a facilité les négociations et la signature de l’accord de Brazzaville qui a ouvert la voie à la fin de l’apartheid et à la libération, le 11 février 1990, de Nelson Mandela.

 

Le secrétaire particulier du prince de Kent, l’ambassadeur de Grande-Bretagne et plusieurs ambassadeurs africains ont assisté à la cérémonie.

 

Pour la première fois, les membres de la Fondation Brazzaville se réunissaient à Londres les 8 et 9 septembre. . Venus des quatre coins du monde, ils ont fait connaissance de manière informelle au cours d’un dîner dans le plus vieux restaurant de Londres, Rules.

 

Le lendemain se tenait le premier conseil d’administration de la Fondation Brazzaville au Royal Automobile Club. Cette réunion de travail fut l’occasion d’aborder différents points et enjeux cruciaux pour l’avenir de la Fondation.

Cette rencontre s’est achevée par un dîner officiel à la Chambre des Lords qui accueillait pour l’occasion – outre les membres de la Fondation – des invités prestigieux tels que le Bishop de Londres, Lord Lothian et Michael Binyon du Times.

Étaient présents :

  • Membres de la Fondation
    • Prince Michael de Kent
    • Jean-Yves Ollivier
    • Philipp Prettejohn
    • Lord Bell de Belgravia
    • David Richmond
    • Dr Mathews Phosa
    • Sundeep Waslekar
  • Observateurs
    • Ilmas Futehally (Directrice générale du Strategic Foresight Group)
    • Philippe Jonnar

 

 

Plot for Peace – le documentaire qui relate l’histoire du « complot » ayant conduit à la libération de Nelson Mandela et dans lequel Jean-Yves Ollivier, alias « Monsieur Jacques », a joué un rôle clé – a été projeté le 26 mai 2015 au siège des Nations Unies.

 

Plot for peace

De nombreux diplomates onusiens et personnalités étaient présents à cette projection tel que les ambassadeurs Ismael A. Gaspar Martin, François Balumuene, Mamadou Tangara et Caleb Otto, respectivement représentants permanents des républiques d’Angola, du Congo, de Gambie et des Palaos à l’ONU ou encore Pierre Oba, le ministre des Mines et de la Géologie de la République du Congo.

Plot for peace

Cette projection intervenait dans le cadre de la « Semaine de l’Afrique » au siège new-yorkais des Nations Unies.

A l’issue de cette projection, Plot for Peace a été intégré dans les archives des Nations Unies.

Plot for peace Plot for peace Plot for peace

La Fondation Brazzaville a participé à la Conférence internationale sur l’exploitation illégale et le commerce illicite de la flore et de la faune sauvages en Afrique.

 

La Fondation Brazzaville a pris part, du 27 au 30 avril 2015, à la Conférence internationale sur l’exploitation illégale et le commerce illicite de la flore et de la faune sauvages en Afrique, qui s’est tenu à Brazzaville (Congo). Une stratégie de prévention et de réduction du commerce illicite des espèces et produits concernés a été mise au point pour la période 2015-2024 aux côtés de représentants de nombreux gouvernements africains, de commissions spéciales des Nations Unies, de l’Union Européenne et d’ONG majeures.

 

La Fondation Brazzaville a pris part du 22 au 25 avril au World Tour for Unity organisé par la Fondation Ichikowitz Family et la Fondation Alma Nostra en collaboration avec l’Alma Chamber Orchestra. Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation Brazzaville, a représenté cette dernière en Afrique du Sud.

 

 

La Fondation Brazzaville a réuni vendredi 27 mai son Conseil consultatif à Paris.
Durant cette réunion du conseil consultatif, les membres de la Fondation ont échangé sur certaines initiatives d’ores et déjà engagées et sur les terrains d’actions sur lesquels ils s’apprêtent à intervenir en fonction des sollicitations qu’ils reçoivent.
Le Conseil consultatif a en outre eu le plaisir d’accueillir en son sein un nouveau membre, en la personne de l’ancien ministre, parlementaire et médiateur de la République Jean-Paul Delevoye, qui rejoint ainsi d’autres Français qui y siégeaient déjà : Cécilia Attias, présidente et fondatrice de la Fondation Cécilia Attias pour les Femmes, ainsi que Xavier Guerrand-Hermès, président de la Fondation Guerrand-Hermès pour la Paix.