La vidéo Plot for Peace

Plot for Peace, un documentaire sur la fin du système de l’apartheid

A travers des témoignages et des images d’archives inédites, Plot for Peace dévoile un thriller historico-politique racontant l’histoire de Jean-Yves Ollivier, alias « Monsieur Jacques », au cœur d’une action haletante, pour précipiter la fin du régime de l'apartheid en Afrique du Sud et faire libérer Nelson Mandela. Il est le seul homme à avoir été distingué à la fois par le président de l’Afrique du Sud de l’apartheid, P.W. Botha, et par Nelson Mandela.

 

L’Afrique Australe est alors au bord de l’explosion. Au milieu des années 1980, les banlieues sud-africaines sont à feu et à sang. En Angola et dans l’actuelle Namibie, un conflit fait rage entre le régime sud-africain et l’UNITA d’un côté et le gouvernement angolais, la SWAPO et Cuba de l’autre. Le tout sous le regard constant et avec l’aide discrète des grandes puissances qui se livrent en Afrique à une véritable guerre chaude.

“L’assaut final” semble à l’ordre du jour. C’est alors qu’un négociant français en matières premières conçoit et organise, grâce à ses contacts avec toutes les parties en conflit dans la région, un vaste échange multinational de prisonniers de guerre. Avec un seul but : ramener la paix.

Plot for peace
 

“En 1981, en arrivant en Afrique du Sud, on avait le sentiment de débarquer sur une autre planète. Je me suis demandé comment les blancs pouvaient ne pas s'en rendre compte qu'à moins d'accepter le partage du pays, à moins de changer et de tendre la main aux noirs, ils allaient être jetés à la mer. “


Jean-Yves Ollivier, Président de la Fondation Brazzaville

Entre juin et décembre 1988, au fil de cinq rencontres dans la capitale congolaise, des accords historiques prennent forme. Les accords de Brazzaville mettent fin à la guerre froide en Afrique, près d’un an avant la chute du Mur de Berlin et annoncent la fin de l’apartheid. Ils prévoient le départ des 50 000 soldats cubains d’Angola et, en retour, le repli des troupes sud-africaines à l’intérieur de leurs frontières. La Namibie accède de ce fait à l’indépendance.

 
 

Quatorze mois après l’accord de paix régional, le 11 février 1990, Nelson Mandela quitte sa cellule en homme libre, avant de devenir le premier président de l’Afrique du Sud issu du suffrage universel.Le 30 juin 1991, suite aux négociations constitutionnelles, l’apartheid prend officiellement fin en Afrique du Sud.

Dans des interviews exclusives, des chefs d’État – comme les anciens présidents de l’Afrique du Sud et du Mozambique, Thabo Mbeki et Joachim Chissano, ou encore l’actuel président du Congo- Brazzaville, Denis Sassou Nguesso – ainsi que de nombreux autres protagonistes, tels que l’inamovible Ministre des Affaires Etrangère du pays de l’apartheid, “Pik” Botha, ou l’icône de la résistance anti-apartheid, Winnie Mandela, le “Monsieur Afrique” de Fidel Castro, Jorge Risquet, ou le ministre délégué à l’Afrique de Ronald Reagan, Chester Crocker, le père de “l’engagement constructif”, apportent leurs témoignages pour la première fois. Leurs récits de première main, en tant qu’acteurs de ce “complot pour la paix”, dévoile dans le détail et de façon vivante les tractations secrètes entre les ultimes gardiens de l’apartheid et les dirigeants des pays de la région.

Plot for peace